27/03/2006

Débat Fnac sur l'écologie

        Débat Fnac sur l'écologie

Bonjour,
Ce vendredi soir j'ai participé à un débat organisé à la Fnac de Bruxelles (le lien: http://www.fnac-blog.be/fr/). Enfin, j'ai écouté.
Comme j'ai pris des notes (c'est tout moi ça), je les ai retranscrites ici.
Attention je ne prétends pas que les intervenants ont dit exactement ce que j'écris mot à mot. J'ai essayé de résumer avec mes sentiments et mes sensibilités, donc certaines choses ne sont pas écrites. Pas de procès svp, mais des commentaires pour affiner ma compréhension: ok.
Dernière remarque: tous les intervenants étaient convaincus de l'importance de l'écologie, les moyens à mettre en oeuvre diffèrent.

Brice Lalonde (venant de Paris):
- 1969: La Lune c'est poussiéreux = le choc. La Terre est seule pour l'instant et on doit faire avec, difficile d'aller ailleurs. C'est la naissance de l'écologie.

Paul Galand:
- Tout le monde est au courant qu'il faut faire attention.
- Actuellement c'est le moment des entreprises et elles en ont pris conscience. Elles investissent dans la recherche parce qu'elles voient à plus long terme que les politiciens.
- Voilà pourquoi il faut aussi être optimiste.
- Pour sensibiliser, il ne faut pas parler du petit amazonien, on s'en fout de ce petit bonhomme perdu au milieu de nul part (en fait pas du tout mais on parle de sensibilisation ici). Pour sensibiliser il faut parler argent et montrer qu'on peut diminuer la note en pensant pro-environnement.

Philippe Soreil:
- Dans son expérience (via son micro et sa caméra télé aux effets magiques "c'est pour la télé") les cultivateurs prennent de + en + conscience. Les particuliers également, particulièrement dans la chasse anti-gaspi.

Paul Galand:
- Il est contre la journée sans voiture. Les politiques ne donnent pas d'autres moyens de transport.
- L'écologie n'est pas un parti. Quand on parle écologie il veut savoir quel est le projet de société derrière.

Brice Lalonde:
- Il ne faut pas casser l'économie. Les voitures sont de + en + propres. Les déchets sont de + en + recyclés.
- Le problème est maintenant principalement dans les pays en voie de développement. Quand on brûle du charbon à n'en plus finir, ça pollue beaucoup plus.

L'animateur, Eric Winnen:
- Et qu'en est-il de l'intérieur du sac?
n.d.p.: c'est à l'occasion de la sortie du sac Fnac bio-dégradable que s'est organisé ce débat.

Philippe Soreil:
- Tout commence chez chacun de nous. Il faut espérer que cela fasse tâche d'huile.

Paul Galand:
- Le livre "50 gestes pour sauver la planête".
- Rien n'est simple, et Ecolo a toujours essayé de simplifier de manière manichéenne (orthographe?).
- Parfois la solution est le problème. Cas de la rivière polluée: faut-il contruire une station d'épuration (=tendance actuelle) ou éviter de jeter des crasses dedans?

Brice Lalonde:
- Les américains sont des grands consommateurs de voitures hybrides, et certains commencent à se dire: si Jésus revenait quelle voiture choisirait-il?
- Les choses se modifient: on demande aux entreprises des produits moins énergivores, + recyclables, ...

Riccardo Petrella (arrivé en retard, d'Italie):
- Les gens ne sont pas seulement des consommateurs, ils sont aussi des citoyens. C'est grâce à cette citoyenneté qu'ils peuvent faire les bons choix de vie.
- L'Europe est encore pire que les Etats-Unis car elle se base principalement sur le commercial (cfr la Constitution, pour laquelle il a voté non d'ailleurs).

Mon sentiment a été mitigé. Fier d'être là, à écouter des personnalités importantes dans ce domaine. Mais ce que j'en retire comme conclusion c'est que:
- nous les peutiots on est au courant et on fait des efforts,
- ça ne sert à rien parce que tout doit se jouer dans les pays qui polluent beaucoup plus que nous,
- les entreprises vont nous sortir de là et la politique ne sais pas faire grand chose.
- et je ne suis pas d'accord. Je suis persuadé que je dois être acteur comme nous tous et que nous devons donner l'exemple, montrer le chemin à suivre.

Phano n'a pas posé de question. La trouille sans doute.
Mais si j'avais eu du cran, voici ce que j'aurais demandé:
"En sachant que plus on attend pour régler le problème et plus la situation sera difficile.
En sachant que les consommateurs pourraient préférer acheter propre.
En sachant que les entreprises étudient la chose pour le long terme.
Pourquoi le politique ne fait-il pas son boulot pour demander aux gens, via des spots de pub par ex., de faire plus attention à ce qu'ils achètent, et en même temps d'imposer des plans de diinution de pollution aux (grosses) entreprises, et pas seulement des plans de gestion des déchets?
Et si le politique en est incapable, pourquoi ne pourrait-on pas en faire une organisation indépendante qui influencerait uniquement les consommateurs, leur proposerait des alternatives (autres fournisseurs), en sachant que les entreprises vont suivre?
"

Voilà. Si par hasard vous croisiez un des intervenants, et si vous lui posiez la question, ça m'intéresserait. Merci.

Vous pouvez retrouver ce résumé sur mon blog (http://phano.skynetblogs.be/), et sur le blog de la Fnac créé pour l'événement (http://www.fnac-blog.be/fr/).

Merci d'être arrivé jusque là.
Phano.

08:58 Écrit par Phano | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Salut, Merci pour ton passage sur mon blog. L'écologie n'est plus un caprice d'idéaliste, elle DOIT devenir la priorité au même que le combat en faveur des victimes de l'indiférence et de l'oubli.

a+

Écrit par : Le pèlerin vagabond | 27/03/2006

Re: salut Et bien oui.
Le terme "combat" me fait un peu penser à "c'est la luuuutte finaaaaaleeee" (et je n'aime pas être assimilé à un parti) mais l'idée est là oui: pour un monde meilleur, les riches moins riche, les pauvres moins pauvre, etc.
Je vote pour :-)

Écrit par : Phano | 27/03/2006

Salut Phano Chapeau pour ton implication et les notes prises, un joli condensé bien foutu.
Merci aussi pour ton passage sur actu, tes mots font du bien. ;)

Écrit par : Artatum | 28/03/2006

Cher Artatum Merci merci merci.
Si je n'avais pas mon blog, peut-être n'aurais-je pas été à ce débat.
Ce blog doit rester pour moi quelque chose de positif et certainement pas devenir une contrainte, comme tu le dis si bien.

Écrit par : Phano | 28/03/2006

Chacun doit agir à son niveau Bonjour,
et bravo pour ce petit rapport.

1. Galand a raison : ce n'est qu'en touchant au portefeuille du consommateur qu'on arrivera à faire quelque chose (exemple : la péage dans Londres ; les taxes sur les ordures qu'on jette dans certains pays : si on jette du verre dans une poubelle non destinée, on a un amende, etc.)

2. Les sacs Fnac : sont-ils biodégradables ou biodéfragmentables ? La différence ? Biodégradable, il ne reste plus rien, l'autre, on ne VOIT plus rien, mais le plastique existe toujours. C'est PIRE, car là, va le chercher, le plastique !!! Et avec la pluie, il va dans le mer...

3. Petrella : il a raison pour la constitution.

4. Oui, chacun doit faire ce qu'il peut à son niveau (recycler, préférer des emballages en verre plutôt qu'en plastique, manger des légumes de saison. La liste est longue...)

Écrit par : Naturel | 12/04/2006

Naturel Merci.
3 de tes 4 points sont très bons.
1 des points est compliqué (Petrella) mais probablement bien juste pour qui vomi sur la finance et l'ultra-libéralisme qui entraînent des gens dans la misère.

Signé: M. Vomi
:-)

Écrit par : Phano | 17/04/2006

Les commentaires sont fermés.